Inauguration de l’installation de notre première machine sur site client

La start-up drômoise ERGOSUP implante sa 1ère station hydrogène tout intégrée HyRiS Lab (Hydrogen Refueling Station), au sein du département Chimie de l’IUT Lyon 1.
Une solution novatrice répondant aux besoins spécifiques des laboratoires universitaires et industriels.

Nouvelle étape-clé dans le développement de la start-up française ERGOSUP qui conçoit des infrastructures hydrogène basées sur sa technologie unique et brevetée d’électrolyse de l’eau directement sous très haute pression : l’entreprise implantée à Malataverne (Drôme) installe sa première station compacte de production et de stockage d’hydrogène sur le campus de la Doua (Université Lyon 1), à partir du 19 juin.

Cette solution permettant de produire les petites quantités d’hydrogène nécessaires à la consommation d’un laboratoire universitaire – pour les travaux des enseignants-chercheurs et des étudiants – est accueillie par l’IUT de Chimie de Lyon, pour une première et six mois d’utilisation-test, à compter de la rentrée universitaire prochaine. En commercialisant ainsi son premier produit, dans le cadre d’un partenariat exclusif, et ceci au terme de deux années de R&D, ERGOSUP entame une nouvelle phase de son développement, en cohérence avec la levée de fonds de 11 M€ réalisée, en février 2019.

« Avec HyRis Lab, qui est une marque déposée, nous faisons nos premiers pas sur le marché en adressant les besoins en hydrogène des laboratoires universitaires et industriels. C’est le premier produit de notre future gamme de stations intégrées de production et de stockage d’hydrogène. L’IUT de Lyon va être le premier laboratoire à produire son hydrogène grâce à notre innovation ! Avec une capacité de production à 100 bar de 0,7 à 4 kg / semaine, il répond aux demandes spécifiques des laboratoires utilisant de l’hydrogène pour leurs travaux.
HyRiS Lab apporte un ensemble d’atouts par rapport aux solutions traditionnelles actuellement utilisées, en termes de logistique, coût et sécurité. Pour l’équipe d’ERGOSUP qui est pleinement engagée dans le développement de ces solutions énergétiques décentralisées et à bas impacts carbone, c’est une étape clé, puisque nous passons ainsi de la R&D à la concrétisation, dans des conditions réelles d’utilisation », explique Lucile Voiron, Directrice Générale Déléguée d’ERGOSUP.

HyRiS Lab s’appuie sur la technologie brevetée de production par électrolyse très haute pression et de stockage développée par ERGOSUP. Après la phase de prototypage validée et testée fin 2018, la solution est entrée en phase d’industrialisation et de production début 2019, La production d’une série de 5 nouvelles machines est en cours de lancement, avec un objectif de mise sur le marché d’ici fin 2019.

« L’hydrogène, c’est l’avenir. Pour nous, ce partenariat avec ERGOSUP sur une technologie innovante, au service de sciences innovantes, est extrêmement intéressant. La chimie analytique est un secteur porteur puisqu’à terme 80% de ses travaux se feront avec des appareils utilisant de l’hydrogène. La solution d’ERGOSUP, une start-up que nous connaissons déjà bien, est adaptée à notre besoin de petits volumes. Elle représente un véritable gain logistique : jusqu’à présent, nous gérons notre alimentation en hydrogène avec des bouteilles qui nous sont livrées par camions et changées lorsqu’elles sont vides. C’est assez lourd et moins fiable, au plan de la sécurité. Avec un appareil qui reste à demeure et que nous alimentons avec de l’eau, le process est simple, moins coûteux, plus sécurisé et respectueux de l’environnement. A partir de la rentrée, la solution va fonctionner à plein régime. Les mois qui suivront nous permettront de valider la qualité du gaz et la fiabilité du procédé », explique Fabrice Randeau, adjoint au Chef de département à l’IUT de Chimie de Lyon.

L’objectif, à terme, pour ERGOSUP est d’équiper les laboratoires universitaires et industriels petits consommateurs d’hydrogène avec HyRiS Lab, pour un chiffre d’affaires global de 700 à 800 k€, sur ce marché, tout en accélérant son développement sur ses autres marchés-cibles : la mobilité « zéro émission » avec différents types de véhicules électriques à hydrogène (drones, engins de manutention, vélos, voitures…) et la production de gaz industriel sur sites en substitution de l’approvisionnement par camions.

Alors qu’aujourd’hui 95 % de l’hydrogène est produit à partir d’énergies fossiles, et moins de 0,01 % par électrolyse de l’eau, l’objectif fixé par le plan Hulot de juin 2018 est d’atteindre un pourcentage d’hydrogène décarboné de 10 % en 2023, puis de 40 % en 2028. Ce plan français s’inscrit dans un environnement international ambitieux, où partout l’utilisation de l’hydrogène s’organise avec des industriels qui investissent, des territoires qui s’engagent, des applications qui se déploient.

ERGOSUP participe à cette montée en puissance grâce à son savoir-faire unique et breveté dans la production d’hydrogène. Il lui permet en effet de répondre aux attentes des utilisateurs et de cibler un positionnement spécifique où aujourd’hui très peu d’acteurs sont présents. La start-up propose en effet une fourniture d’hydrogène décentralisée et décarbonée, compétitive et sécurisée, au plus près de l’utilisateur, et avec une capacité réellement adaptée aux besoins.

Fiche technique :
Production : 0.7 à 4 kg / semaine (1 à 5 bouteilles B50 par semaine)
Pression : production et de stockage : 100 bar
Volume du Stockage tampon : 2 jours d’autonomie (réglable)